facebook3 twitter3 linkedin youtube

10 trucs et astuces pour bien débuter avec Captivate 10 trucs et astuces pour bien débuter avec Captivate

Dans la(les) catégorie(s) : Adobe Captivate / Audio / eLearning / Trucs & astuces


Cet article est paru initialement sur le site www.dbr-training.eu


J’ai récemment eu la chance de me voir confier la réalisation d’une toute nouvelle plateforme eLearning dans l’école où je travaille. Avec mon collègue Serge Paulus, j’ai ainsi eu l’occasion d’enseigner les applications de la créative suite (Photoshop, Dreamweaver, inDesign et Illustrator) à 550 étudiants de BAC2, en utilisant exclusivement des techniques d’enseignement à distance. Mais pour le développeur Captivate que je suis, la partie la plus intéressante de ce projet a été d’assister mon collègue Serge dans ses premiers pas avec Captivate.

Pour préparer cet article, j’ai parlé avec Serge de son expérience de débutant avec Captivate. Nous avons identifié 10 trucs et astuces simples pour bien débuter avec Captivate.

La phase de Capture

Une Démonstration ou Simulation Captivate classique commence par la phase de capture. Durant cette partie du travail, vous utiliserez le système de capture d’écran de Captivate pour générer les diapositives de votre Démonstration ou Simulation. La qualité de la phase de capture est déterminante pour le succès de votre cours à distance et pour la qualité générale de votre produit fini. Voici donc, pour commencer, quelques astuces pour bien réussir la phase de capture.

Astuce 1: Agissez avec lenteur

Durant la phase de capture, assurez-vous de réaliser les étapes à enregistrer de manière suffisamment lente. Je vois au moins trois bonnes raisons d’agir avec lenteur durant la phase de capture.

  • Rappelez-vous que Captivate doit capturer toutes les actions que vous faites dans l’application que vous enregistrez. Imaginez que vous ouvrez une liste déroulante et que vous choisissez une option dans la liste. Pour Captivate, cela fait 3 captures d’écran à enregistrer! Une première avec la liste déroulante dans son état initial, une seconde avec la liste déroulante ouverte et une troisième avec la liste déroulante dans son état final (voyez l’illustration ci-dessous). Si vous allez trop vite, il y a de fortes chances pour que Captivate ne sache pas vous suivre et que certaines captures d’écran soient de piètre qualité ou, pire encore, inexistantes!
enregistrere une liste déroulante avec Captivate
Enregistrer une liste déroulante avec Captivate requiert trois captures
  • Les actions de type ‘glisser-déposer’ ainsi que tout ce qui se fait avec la roulette de la souris doivent être enregistrées selon un autre mode de capture appelé le Full Motion Recording (FMR). Le Full Motion Recording est en fait une capture vidéo d’un mouvement. Captivate contient une fonctionnalité intéressante qui est capable de détecter un tel mouvement et de basculer du mode de capture classique (basé sur des captures d’écrans) au mode de capture FMR. De nouveau, assurez vous de travailler suffisamment lentement afin de laisser le temps à Captivate de détecter un  mouvement de type ‘glisser-déposer’, de basculer en FMR, puis, de revenir en mode normal à la fin du mouvement.
Automoaisez la passage au Full Motion Recording
Automatisez le passage au Full Motion Recording dans les préférences
  • Enfin, n’oubliez par que, par défaut, vos actions ne sont pas enregistrées en temps réel. Cela veut dire que, durant la phase d’édition, vous aurez l’occasion d’ajuster précisément le timing de chaque diapositive. Il n’y a donc aucune raison de se presser dans la phase de capture.

Par défaut, Captivate joue un son d’appareil photo a chaque fois qu’une nouvelle diapositive est générée. Cette option vous aider à suivre le nombre de diapositives générées durant la capture. Il faut juste s’assurer que votre système de diffusion sonore est allumé avant de commencer la capture!

Astuce 2: Capturez manuellement des diapositive additionnelles.

Durant une phase de capture normale, Captivate génère une capture d’écran à chaque clic! La plupart du temps, ce comportement est exactement celui recherché! Mais parfois, nous aimerions que les choses se passent un peu différemment.

Imaginons que vous vouliez produire une simulation interactive dans laquelle vous demandez aux étudiants d’ouvrir une liste déroulante et de choisir une option dans la liste. Rappelez-vous que la plupart des applications ajoutent un effet de survol sur les options d’une liste déroulante. De toute évidence, cet effet de survol fera partie de la capture d’écran de Captivate! Cet effet du survol va tout simplement montrer la bonne réponse à vos étudiants et risque donc de compromettre votre stratégie d’évaluation.

L'effet de survol sur la première liste déroulante montre la bonne réponse aux étudiants

Pour éviter ce désagrément, il suffit de demander à Captivate de prendre une capture d’écran supplémentaire. Cela se fait par le raccourci PrintScreen (Windows) ou Cmd + F6 (Mac). Durant la phase d’édition, vous aurez de toute façon l’occasion de supprimer les diapositives superflues!

Personnellement, c’est un truc que j’utilise tout le temps! Ma première tâche durant la phase d’édition consiste d’ailleurs à décider quelles sont les diapositives que je garde et quelles sont celles que je jette. Il n’est pas rare que je doive jeter 40 à 50 % des diapositives capturées! L’idée principale est qu’il est beaucoup plus simple de supprimer une diapositive superflue que de recréer artificiellement une diapositive qui manque!

Pour terminer, n’oubliez pas d’utiliser la commande Enregistrer Sous avant de supprimer des diapositives. De cette manière vous garderez un exemplaire ‘brut’ de votre projet et pourrez, éventuellement, réintégrer dans le projet une diapositive que vous aviez initialement supprimée !

Astuce 3: N’enregistrez pas la narration vocale en même temps que les diapositives!

Générer les captures d’écran est l’objectif principal de la phase de capture. Rappelez-vous que la qualité finale de votre produit dépend largement de la qualité de la phase de capture! En fait, générer les bonnes captures d’écran est si important que, durant la phase de capture, vous devriez accorder votre attention qu’à cette tâche! 

L’audio est un autre aspect déterminant de la qualité finale de votre projet. En fait, c’est si important que cet aspect requiert, lui aussi, 100% de votre attention.

En enregistrant les captures d’écran et les sons de manière séparée, vous pouvez donner à chacun de ces deux aspects l’attention qu’ils méritent. Évidemment, cela ajoute une étape à votre travail (enregistrer la narration), mais c’est là le prix de la qualité! Croyez-moi, je peux vous dire d’expérience que vos étudiants apprécieront! 

La phase d’édition.

Une fois que vous avez généré toutes les captures d’écran, il est temps de passer à la seconde étape du travail: la phase d’édition. C’est durant cette phase que votre projet va, petit à petit, prendre sa forme définitive. Cette phase est la plus longue de tout le processus. C’est durant cette phase que vous allez ajouter des objets sur vos diapositives, décider de leur taille, de leur position et de leur mise en forme, les placer sur la ligne du temps, etc.

Astuce 4: utilisez les styles, les modèles et les thèmes.

Utiliser les Styles les Modèles et les Thèmes a deux avantages principaux.

  • Premièrement, cela va accélérer votre travail! Bien sûr, au début,  cela prend un peu de temps pour créer les bons styles, les bons modèles et les bons thèmes, mais une fois cet effort initial terminé, vous récupérerez très vite le temps investi!
  • Mais, beaucoup plus important, les styles, modèles et thèmes vous permettent de rester consistant non seulement à l’intérieur du projet, mais aussi entre les projets. En tant que pédagogue, je crois fermement que cette consistance est l’une des clés du succès d’une stratégie eLearning! Rappelez vous que vos élèves seront seuls face à leur cours, sans aucun professeur à disposition pour répondre à leur questions et les guider dans leur apprentissage. En créant une expérience utilisateur consistante et stable, vos élèves vont très vite comprendre comment vos objets d’apprentissages sont conçus et comment ils fonctionnent. Cela leur permettra de se concentrer sur le contenu de vos cours (ce que vous voulez leur enseigner) et non sur comment utiliser le cours à distance!

Astuce 5: laissez la gestion du timing aux étudiants.

Trouver le bon rythme dans votre cours eLearning est certainement l’un des challenges les plus difficiles à relever. Si votre cours va trop vite, vous risquez d'innonder vos étudiants d’informations, et si votre cours va trop lentement, vos étudiants risquent de s'ennuyer et vous perdrez leur attention inconditionnelle (Facebook n’est jamais très loin quand on suit un cours en ligne!). Dans les deux cas, vous passer à côté de votre objectif de professeur!

Dans votre quête du bon rythme, vous aller vous trouver confrontés à un second problème. Le bon rythme pour un étudiant n’est peut-être pas le bon rythme pour un autre. Cela est particulièrement le cas dans un environnement international où certains étudiants doivent suivre un cours à distance dans une langue qui n’est pas la leur. En fonction de leur degré de maîtrise de la langue étrangère, leurs besoins peuvent changer.

La solution est assez simple! Laissez chaque étudiant gérer son propre timing! Dans Captivate, c’est très simple à réaliser! Il suffit d’utiliser fréquemment l’objet ‘Bouton’

  • Ajoutez un bouton pour arrêter la tête de lecture sur les diapositives contenant beaucoup de texte. Cela donnera à l’étudiant le temps de lire le texte à son rythme avant de cliquer sur le bouton pour relâcher la tête de lecture!
  • A la fin d’une séquence, utilisez des boutons pour donner à l’étudiant la possibilité de revoir la séquence ou de passer à la séquence suivante! Ceux qui n’ont pas tout à fait compris à la première fois apprécierons de pouvoir répéter une petite séquence et non l’ensemble du cours! 

Astuce 6: embrassez la simplicité!

Vous vous rappelez certainement de cette présentation PowerPoint clignotant de tous les côtés censée supporter la navrante présentation d’un mauvais présentateur (Si pas, moi je m’en rappelle très bien! Avec mes collègues nous avons passé notre temps à essayer de deviner quelle allait âtre l’animation suivante et à compter les points! On s’est bien amusés, mais avec tout ça, je ne me rappelle même plus du sujet de la présentation! En clair, ce présentateur est complètement passé à côté de son objectif malgré sa très grande maîtrise des animations en Power Point).

Vous vous rappelez probablement aussi de ces diapositives PowerPoint tellement chargées de texte qu’il vous a été impossible de tout lire avant l’arrivée de le diapositive suivante!  

Si l’on n’y prend garde, nous pouvons faire exactement les mêmes erreurs dans nos projets Captivate, c’est pourquoi, ma sixième astuce s’appelle ‘Embrassez la simplicité (en Anglais KISS pour Keep It Stupid Simple)!

En gardant les choses simples dans vos projets, vous éliminerez de facto une bonne partie des distractions qui emmènent vos étudiants loin de la matière que vous désirez leur enseigner.

De plus, ces animations peuvent jouer en notre faveur... a condition de les utiliser avec parcimonie. Imaginez par exemple que toutes les légendes de texte de l’ensemble du projet entrent en scène de la même façon (par une des animations intégrées à Captivate). Au bout d’un moment, les étudiants ne verrons même plus cette animation (choisissez une animation discrète!) car elle fera partie du décor naturel du votre projet. Par contre, sur la prochaine diapositive de conclusion, changer brusquement d’animation et arrangez vous pour choisir une animation nettement plus voyante! Cela vous permettra de réveiller l’attention de vos étudiants exactement quand vous en avez le plus besoin! De toute évidence, cette astuce ne fonctionne que si l’on utilise les animations avec parcimonie et simplicité.

Astuce 7: Les objets Captivate par rapport à l’importation depuis Power Point

L’une des plus intéressantes fonctionnalités de Captivate est la possibilité d’importer une présentation PowerPoint et de la transformer en projet Captivate. Cela dit, rappelez vous que les diapositives ainsi importées sont converties en une simple animation dans Captivate. En d’autres termes, il est très difficile de modifier ces animations dans Captivate. Si vous devez ajuster quelque chose, il vous faudra retourner dans PowerPoint. Heureusement, les aller-retours entre Captivate et PowerPoint sont très bien supportés (cela s’appelle le Roundtrip Editing), spécialement sur la plateforme Windows. Mais bon, devoir gérer deux applications en même temps ajoute souvent une couche supplémentaire de complexité.

Je pense que l’importation de présentations Power Point dans Captivate est la bonne solution dans deux cas de figures différents.

  • Quand il faut recycler du contenu existant en contenu eLearning
  • Quand il faut impliquer quelqu’un qui ne connaît pas Captivate dans le processus.

Mais quand vous créez un nouveau contenu, il est probablement mieux de tout faire directement dans Captivate. Grâce au panneau des animations ainsi qu’aux formes intelligentes, vous pourrez arriver à des résultats comparables à ceux de Power Point, tout en gardant la flexibilité de modifier tous les objets directement dans Captivate.

Enfin, rappelez vous qu’il est possible d’ajouter des objets Captivate au dessus de diapositives importées depuis Power Point. Cela vous permet de choisir une approche hybride où Captivate est utilisé pour améliorer la présentation Power Point

Astuce 8: Utilisez l’audio avec précaution

En fonction de la manière dont vous l’utilisez, l’audio peut soit augmenter considérablement la qualité de votre projet, soit complètement le ruiner! Dans Captivate on peut ajouter de l’audio à trois différents niveaux! 

  • Au niveau des objets - L’audio est ici associé à un objet particulier. Le son jouera quand l’objet en question entrera en scène.
  • Au niveau de la diapositive - L’audio est ici associé à une diapositive. Le clip audio est donc synchronisé avec la diapositive et apparaît dans la ligne du temps de la diapositive.
  • Au niveau du projet - C’est ce qu’on appelle une musique de fond. Il s’agit souvent d’un court extrait musical de quelques dizaines de secondes qui joue en boucle durant toute la durée du projet.

Typiquement, on utilise l’audio des objets pour des effets (Whoosh, Bang, cligs, beeeeps,..), l’audio des diapositives pour la narration et l’audio du projet pour de la musique de fond. Je suggère que vous gardiez ces conventions de placement pour vos clips audio également (à moins que vous n’ayez envie de réaliser des effets spéciaux).

Voici quelques règles simples qui vous permettrons d‘utiliser l’audio à bon escient

  • N’utilisez pas de musique de fond! Il s’agit de l’ultime source de distraction pour vos étudiants!
  • Utilisez les sons associés à des objets avec grande parcimonie. Rien n’est plus embêtant et fatiguant qu’un cours qui sonne comme un jeu vidéo!
  • Prenez le temps nécessaire pour produire un son de grande qualité! Soyez bien conscients que vos étudiants vont probablement vous écouter pendant plusieurs heures! Un ton monotone ou des sons de piètre qualité peuvent donc facilement compromettre l’expérience d’apprentissage toute entière!
  • Si vous avez l’intention de publier votre projet en HTML 5, il est interdit d’avoir des sons qui se superposent (comme une narration - associée à la diapositives- et un effet - associé à un objet- qui doivent jouer en même temps!). Dans un projet HTML 5, le plus simple est de se contenter de l’audio au niveau des diapositives!
  • Gardez votre piste audio accessible aux malentendant et aux étrangers en intégrant aussi des sous-titres!
  • N’utilisez pas le Text-ToSpeech! Text-ToSpeech est bon pour démontrer un concept ou pour tester le projet pendant le développement. Dans la version finale de vos projets, vous devriez remplacer les clips audios générés par le Text-To-Speech par de vrais enregistrements!
  • Enfin, gardez à l’esprit que le son peut être perçu comme quelque chose d’intrusif, voire d’agressif. Si vous utilisez du son, donnez toujours à vos étudiants la possibilité de couper le son et d’ajuster le volume

Pour terminer, il y a un truc tout simple que j’utilise tout le temps! Quand j’ajoute de la narration sur les diapositives, je déplace le clip audio dans la ligne du temps pour le faire commencer une demi seconde après le début de la diapositive. Cela contribue à diminuer le côté intrusif et agressif de la narration.

La narration audio commence une demi-seconde après la dia.

La phase de publication

La phase de publication est la dernière du processus. C’est elle qui vous permet de rendre vos projets disponibles au monde extérieur. Historiquement, Captivate a été conçu pour publier vos projets au format Flash, mais avec l’arrivée des appareils nomades (tels que les tablettes et smartphones, il a été nécessaire d’ajouter à Captivate la possibilité de publier les projets en HTML 5.

Astuce 9: Ne publiez pas le même projet en Flash et en HTML 5

La seule raison pour laquelle vous voudriez publier vos projets en HTML 5 est de permettre aux utilisateurs nomades d’y accéder. Si vos projets ne doivent être consommés que sur des ordinateurs fixes ou portables, il n’y a aucune raison de les publier en HTML5. Nous allons donc considérer que les projets HTML 5 sont tous des projets destinés au monde mobile!

Captivate permet l'export en Flash et en HTML 5 en même temps

Et bien l’expérience utilisateur sur des appareils nomades est très différente de celle vécue sur des ordinateurs fixes ou sur des portables. Voici, dans le désordre, quelques différences significatives

  • La taille des écrans sur les appareils nomade est souvent beaucoup plus petite que sur des ordinateurs. C’est spécialement vrai pour les smartphones! La résolution de vos projets Captivate n’est probablement pas adaptée aux appareils nomades!
  • Le nombre de tailles d’écrans et de résolutions auxquelles nous devons faire face dans le monde nomade est beaucoup plus important que ce que l’on trouve dans le monde des ordinateurs. Votre projet n’est probablement pas adapté à tous les écrans!
  • Dans le monde mobile, les utilisateurs n’ont pas de souris et utilisent leur doigts à la place! Les effets de survols (rollovers) et les glisser-déposer (drag and drop) ne sont donc pas toujours possibles. D’ailleurs les objets su survol de Captivate (Rollover Caption, Rollover image et Rollover Slidelet) ne sont pas supportés en HTML5!
  • Un doigt est souvent bien plus gros que le curseur d’une souris! L’action de toucher (tap action) est donc bien moins précise que l’action de cliquer (click action). Nous devons donc probablement agrandir les Click Boxes et les boutons de nos projets Captivate pour donner une chance à nos étudiants de toucher (tap) le bon endroit!
  • Les appareils mobiles utilisent le Wi-Fi et la 3G pour se connecter à l’Internet! Ces utilisateurs ont donc souvent des connexions plus lentes et des pertes de connexion fréquentes! Il est donc opportun de re-compresser vos clips audio ou de ré-encoder vos vidéos pour économiser de la bande passante. N’oubliez pas non plus que l’intégration de vos objets dans un LMS requiert une connexion pour pouvoir envoyer les résultats des quiz et autres interactions vers le serveur!

En publiant en HTML5, n’oubliez pas que bon nombre d’objets de Captivate ne sont pas supportés en HTML 5! En d’autre mots, votre jeux d’outils est réduit quand vous créez un projet en HTML5!

Le "HTML5 Tracker" de Captivate permet de détecter les objets non supportés en HTML 5

Pour toutes ces raisons (et pour toutes celles non exprimées ici) vous ne devriez pas publier le même projet en Flash et en HTML5. Créer du contenu pour appareils nomade requiert une approche particulière et des règles de design et d’ergonomie différentes!

L’astuce ultime

Astuce 10: Planifiez, planifiez, planifiez!

Cette dernière astuce devait sembler évidente à tous les professeurs lisant ces ligne. L’astuce ultime pour bien réussir vos projets eLearning est de bien les préparer!

  • Commencez par créer la table des matières de votre cours et communiquez régulièrement cette table des matières à vos étudiants durant le cours!
  • Préparez un scénario ou, au minimum, une trame de chacun de vos modules.
  • Ecrivez votre narration avant de l’enregistrer! Vous gagnerez beaucoup de temps et vous vous assurerez de ne rien oublier dans le script!
  • Assurez vous que tous les actifs externes (les images, les sons, les vidéos, le logos,...) soient prêts AVANT d’ouvrir Captivate!

Le premier choix que vous devrez faire lors de la création d’un nouveau fichier Captivate est la taille de votre projet. Les implications de ce choix sont nombreuses pour la suite des opérations, vous devriez donc le préparer avec attention! Si votre projet doit être hébergé sur un site ou sur un LMS, demandez à la personne responsable du site / LMS quels sont les standards à respecter. Vous n’avez pas envie de vous rendre compte à la toute fin du processus que vous êtes dans l’erreur depuis le début!

Conclusions

Captivate est l’un de ces logiciels qu’il ne suffit pas de connaître pour maîtriser. L’expérience du produit associée à une préparation efficace, à un plan de travail précis et à beaucoup de patience sont des clés indispensables pour profiter pleinement de ce puissant outil qu’est Captivate 6.

Si vous êtes débutants (comme mon collègue Serge), vous allez probablement être déçus de vos premiers essais avec Captivate. Mon conseil est le suivant: N’abandonnez pas! La courbe d’apprentissage pour Captivate est relativement rapide et bientôt, grâce à Captivate 6, vous serez vous-même un vrai développeur eLearning!


Commentaires

Poster un Commentaire

(*)Champ Requis